Parquet à l’anglaise : définition, avantages et tarifs

Le parquet est un revêtement qui permet de sublimer les sols de vos maisons. En fonction du type, il octroi des caractères chaleureux et naturel à l’intérieur. Personnalisable, il est doté de grande propriétés thermiques. Découvrez le nécessaire dans le présent article.

Le parquet à l’anglaise : qu’est-ce que c’est ?

Autrefois destiné aux chambres moins visibles des bourgeois, elle est devenue accessible à tous depuis le 19e siècle. Le parquet à l’anglaise est un parquet qui est à proscrire dans les salles de bain ou les terrasses en bois car le bois risque de se noyer. C’est un revêtement qui est adapté aux maisons en bois. Il détend l’atmosphère et offre une ambiance chaleureuse. En effet, il existe trois différents sortes de parquet à l’anglaise. Quel que soit le parquet à l’anglaise choisi, vous serez satisfait du résultat.

A découvrir également : Coût de location d'échafaudage : facteurs influant sur le prix

Parquet à l’anglaise : avantages et prix

Le parquet à l’anglaise est une stratégie qui ne nécessité pas forcément l’intervention d’un spécialiste. Avec un parquet à l’anglaise, vous dite au-revoir aux gros travaux de découpe. La technique est également économique étant donné que la partie découper est réutilisable pour la rangé suivante. Avec ce type de revêtement, votre plancher se démarque largement des planchers en polyester. C’est un revêtement qui agrémente chaleureusement votre séjour et offre à votre intérieur un caractère naturel. Pour avoir un parquet contrecollé sur une surface de 100 m2, il faut prévoir sans ragréage en moyenne 6 800 euros et sans les fournitures. Si vous opter pour un produit milieu de gamme ou haut de gamme, il faut compter respectivement 8 000 euros et 10 000 euros. La pose collée d’un parquet massif à l’anglaise est de 6 200 euros sans préparation préalable. Quant à la pose clouée sur lambourdes, elle va de 8 200 euros 10 000 euros en fonction des différents travaux de ragréage nécessaires.

Sujet a lire : Pergola solaire photovoltaïque : comment choisir ?